L'association

notre histoire

Tout a commencé en février 2021 avec la plainte pour viol déposée par Florence Porcel contre Patrick Poivre d'Arvor, l'ex-présentateur vedette du 20h de TF1, et l'intervention de ce dernier dans "Quotidien" deux semaines plus tard. Le mode de défense choisi par le journaliste a choqué beaucoup de femmes, dont de nombreuses victimes de ses agissements. Suite à cette émission, vingt-deux d'entres elles sont allées témoigner et porter plainte spontanément auprès des enquêteurs dans l'affaire Porcel/PPDA pour harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol, sans connaître la plaignante.

L'affaire a été classée sans suite en juin de la même année. Le major de police chargé de l'enquête préliminaire avait pourtant conclu son rapport par la phrase suivante : "Ces témoignages décrivaient Patrick Poivre d'Arvor comme un prédateur sexuel abusant de sa notoriété et usant d'un mode opératoire similaire dans l'approche de ses victimes et dans la brutalité de ses actes, commis sans la moindre tentative de séduction, ni la moindre considération envers les femmes qui osaient refuser ses avances".

Ces vingt-deux femmes ne se connaissaient pas entre elles, ou bien s'étaient croisées professionnellement pour certaines, mais n'avaient plus de lien depuis vingt ans. Un petit groupe informel de soutien s'est constitué, puis il a grossi. Le 8 novembre 2021, Libération mettait en ligne une enquête fouillée avec le témoignage de sept d'entre elles (et une huitième anonyme), dont les visages ont fait la Une du quotidien le lendemain en réponse à l'accusation d'anonymat de PPDA dans "Quotidien".

Le 11 novembre 2021, l'association #Metoomedia était créée

pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans les média.

Toujours en novembre 2021, une autre personnalité médiatique a fait l'objet d'une enquête journalistique portant sur des accusations de violences sexuelles : Nicolas Hulot, par le biais de l'émission "Envoyé Spécial" (France 2), rejoignant ainsi une longue liste d'hommes de média accusés de violences sexistes ou sexuelles ces dernières années en France.

Concernant l'affaire PPDA, Florence Porcel a déposé une nouvelle plainte avec constitution de partie civile en novembre 2021, entraînant automatiquement l'ouverture d'une information judiciaire. En décembre, le parquet de Nanterre a ouvert une nouvelle enquête préliminaire suite à la plainte pour viol d'une autre femme. A avril 2022, ce sont au total 26 femmes qui se sont adressées aux autorités, dont 16 ont porté plainte pour harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol (7 femmes) contre Patrick Poivre d'Arvor.

De gauche à droite : Hélène Devynck, Cécile Thimoreau, Stéphanie Khayat, Emmanuelle Dancourt, Muriel Réus, Cécile Delarue, Aude Darlet. Crédits : montage Libération avec les photographies de Jérôme Bonnet.

NOs objectifs

Nous, membres de l'association, souhaitons mettre fin à l'impunité des prédateurs, des agresseurs et des harceleurs qui règnent dans les média.

Nous souhaitons mettre fin au silence et à l'omerta toujours en place concernant les violences sexistes et sexuelles dans le monde des média français. Tous les corps de métiers des organes de presse et les personnes interviewées ou invitées sont concernées : c'est pourquoi l'association est ouverte à toutes les victimes des professionnels des média.

Nous voulons que les journaux, les magazines, les chaînes de télévision, les stations de radio, les studios et les sociétés de production deviennent des endroits sains où les femmes ou les hommes peuvent s'épanouir professionnellement et s'y rendre en tout sécurité.

Notre association :

  • Recueille la parole des victimes de violences sexistes et sexuelles dans les média français

  • Répond aux besoins et désirs de ces victimes : orientation vers les personnes compétentes pour un soutien psychologique ou des conseils juridiques, mise en relation entre les victimes d'une même personne, contacts avec la presse, etc.

  • Élabore des actions d'information et de prévention auprès de différents publics

  • Travaille avec des institutions pour accompagner les instances politiques

Le bureau

EMMANUELLE DANCOURT

Présidente

(Crédit photo, tous droits réservés: Jérôme Bonnet/Libération)

HÉLÈNE DEVYNCK

Vice-présidente

(Crédit photo, tous droits réservés : Jérôme Bonnet/Libération)

MURIEL RÉUS

Vice-présidente

(Crédit photo, tous droits réservés : Jérôme Bonnet/Libération)

CÉCILE THIMOREAU

Secrétaire générale Trésorière par intérim

(Crédit photo, tous droits réservés : Jérôme Bonnet/Libération)

Rapport d'activité année 2021/2022

Présenté à l'AG du 21/09/2022

Rapport moral et financier année 2021/2022

Voté en AG du 21/09/2022